Evangile du mercredi 5 janvier 2010 : "Sur la mer de Galilée..."

Publié le par Les soeurs dominicaines de Taulignan

 

Jesus-marche-sur-les-eaux--jpg

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,45-52.
Aussitôt après avoir nourri la foule, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule.
Quand il les eut congédiés, il s'en alla sur la montagne pour prier.
Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre.
Voyant qu'ils se débattaient avec les rames, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il allait les dépasser.
En le voyant marcher sur la mer, les disciples crurent que c'était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris,
car tous l'avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c'est moi ; n'ayez pas peur ! »
Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient complètement bouleversés de stupeur,
car ils n'avaient pas compris la signification du miracle des pains : leur cœur était aveuglé.

 

 

Ah ! Voilà bien ce qui nous arrive souvent dans la vie ! On rame, on rame... contre toutes sortes de forces hostiles, du dehors ou du dedans, combat spirituel ou bagarre avec la famille, les collègues, le milieu social, les idéologies contrariantes, tout ce qu'on traîne avec soi et qui freine notre marche ou nous alourdit si fort. Perdus sur la mer du monde comme les Apôtres dans la nuit sur la mer de Galilée démontée. Quelqu'un, pourtant, ne nous perd pas du regard : Dieu, à qui rien n'échappe de ce qui nous accable. Jésus est là aujourd'hui comme hier, à la fois proche et distant comme il l'était sur le rivage, toujours proche malgré les apparences, par son regard de compassion pour nos souffrances. Parfois, il monte dans la barque et tout s'arrange de ce qui paraissait insoluble. Confiance...

 

( Les soeurs dominicaines de Taulignan, "Panorama" )

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article